Suivre LesPotes.ORG sur Twitter Suivre LesPotes.ORG sur Instagram Suivre LesPotes.ORG sur Facebook

Steve McQueen de John Dominis, Galerie de l'Instant, The King of Cool

Hello à tous,

Cette news pour vous informer qu'une exposition sur Steve McQueen aura lieu à la Galerie de l'Instant, 46, rue de Poitou à Paris (hé, oui, il y à un référence à la charente).

Elle débute le 30 septembre et ce termine le 11 décembre. Je tenterai de poster quelque photos du vernissage qui a lieu le 29.

Qu'en à Steve, quel rapport avec le blog, la moto bien sur, il a participé à l'enduro d'Erfurt en Allemagne en 1964, durant 6 jours, avec le team USA qui roulait sur Triumph...il avait le n°278, que vous avez du voir sur ma moto avant Bouteville et Availles (mais je l'ai toujours, il est sous les plaques noires ;-) )

François Gragnon, dont la fille tient maintenant la galerie qui organise l'exposition à publié un trés beau livre de photos de cet enduro, j'ai la chance d'en avoir un exemplaire dédicacé par le photographe avec qui j'ai pu parlé quelque instant de Steve Mc Queen...

Ci-dessous, un petit résumé de la course :

Voyage en Allemagne de l'Est en 1964 M. Oriol Puig Bulto, Président du Collège Technique International de la FIM, était un pilote tout terrain expérimenté durant les années 60 : il a pris part à neuf éditions des Six Jours Internationaux de Régularité entre 1962 et 1970. Il se trouvait à Erfurt en 1964. Il raconte :« En 1958, après avoir quitté Montesa, Bultaco n'étant encore qu'un projet, mon ami et camarade de classe de l'Ecole Technique Jorge Giró, membre de la famille propriétaire de Ossa, m'offrit de faire partie d'une équipe espagnole pour le Vase d'Argent aux ISDT qui allaient se dérouler à Garmisch-Partenkirchen en septembre de cette année-là, sur une Ossa 165cc 2 temps. Sans hésiter j'acceptai son offre. Comme les résultats l'ont montré, ni les pilotes ni les machines n'avaient le niveau de préparation requise et des 8 pilotes, 5 n';ont pas terminé le premier jour, un a abandonné le deuxième jour et un autre a tenu deux jours et demi.
Toutefois, j'ai acquis beaucoup d'expérience et de connaissance sur les ISDT, et en 1962, avec mon collègue de Motocross chez Bultaco José Sánchez nous avons préparé deux prototypes pour disputer les ISDT à Garmisch-Partenkirchen. Là nous y avons obtenu nos premières médailles d'or (les premiers Espagnols de l'histoire à la conquérir) et pour moi ce fut le début de mes participations aux ISDT qui s'étendraient sur neuf ans consécutifs jusqu'en 1970. Avec mes Bultacos j'ai terminé tous ces ISDT, remportant un total de 5 médailles d'or, 3 d'argent et une de bronze.Se rendre dans les pays de l'est dans les années 60 n'était pas une mince affaire. Pour commencer, nos passeports espagnols avaient un tampon énorme indiquant « Non valable pour l'Union Soviétique et les pays satellites ». Cela signifie que nous devions avoir une autorisation et un passeport spécial pour chaque voyage derrière le rideau de fer dans une ambassade espagnole à l'étranger, normalement à Londres ou à Vienne. Là aussi, il fallait obtenir un visa du pays à visiter, et seulement pour la durée de la manifestation. Nous avons alors commencé un long voyage en voiture avec une caravane (il n'y avait pratiquement aucune autoroute à l'époque !). A la frontière de ces pays, une longue queue de véhicules avançant au pas à l'approche de la frontière, des fils de fer barbelés des deux côtés, beaucoup de policiers et membres de l'armée, même parfois des tanks impressionnants et des mitrailleuses. Puis, un long contrôle des documents, fouille dans et sous le véhicule, le compartiment moteur, parfois le réservoir d'essence. Tout était contrôlé, y compris le change d'argent et l'obligation de dépenser une quantité minimum par jour en monnaie locale. Souvent, ce qu'il restait d'argent local à la sortie du pays ne pouvait pas être reconverti en argent de l';ouest. Nous avions toujours l'impression d'être observés, espionnés ou contrôlés.
Je n'ai jamais pu éviter le sentiment de grand soulagement en quittant ces pays, comme si vous sortiez de prison, de retour en liberté. A Erfurt, je me rappelle bien de l'équipe américaine avec Steve McQueen, les frères Ekins et les autres pilotes. Ils avaient beaucoup de personnel, de gens de la presse, des cameramen, etc. et beaucoup de drapeaux américains partout. Ils faisaient des démonstrations spectaculaires à moto le jour avant le départ, allant et venant en faisant déraper leurs grosses Triumph bicylindres. Un vrai show'
J'ai rencontré brièvement Steve McQueen et Bud Ekins, ils étaient très sympas, très accessibles et prêts à partager leurs expériences, et prenaient du plaisir sur cette manifestation. A mon avis, tous les membres de l'équipe américaine étaient de bons pilotes, très habitués à piloter dans le désert et sur terrain sec, mais pas autant dans les sections boueuses au travers des bois et des collines de l'Europe centrale.
Ils pilotaient également un peu trop fort pour une manifestation de six jours, avec trop de chutes. Je me souviens avoir vu Steve et quelques autres membres de l'équipe US roulant avec un garde-boue tordu, un guidon abîmé, et aussi avec des blessures sur leur visage. Les membres les plus connus de l'équipe, Steve McQueen et Bud Ekins, durent abandonner le troisième et quatrième jour après plusieurs lourdes chutes. Mais d'autres membres ont remporté des médailles d'or et d'argent. Je n'ai jamais revu Steve McQueen mais j'ai eu le plaisir de rencontrer Bud Ekins en mai 2007 à la manifestation « Légende de la Moto, Concours d'Elégance » à Half Moon Bay en Californie, où j'officiais en tant que juge et Bud était le Juge Honoraire. Bud était en mauvaises conditions de santé mais nous avons eu l'occasion de nous souvenir ensemble de cette « vieille époque glorieuse », quelques mois avant qu'il ne décède en octobre de cette année-là. »
Photos Collection O. Puig Bulto
Image news
21-09-2011 à 08:52:31 par leonard

Commentaires

Ludovic
21-09-2011 à 18:58:23
Merci pour cette news, de la bonne lecture :)
Vous devez être connectés pour ajouter un commentaire.